Entre chien et nous à l'écoute de votre chien

Fiche de race du Border Collie - Chien taille moyenne



Vous êtes ici : accueilfiches de races de chienchiens petite taillechiens moyenne taillechiens grande taille › border collie

Fiche de race présentée par Anne Moreillon, éleveuse dans le Doubs


 

Toutes les races de chiens | Chiens de petite taille | Chiens de moyenne taille | Chiens de grande taille


Border collie | Standard | Éleveurs border collie | Photos border collie

Anne Moreillon et ses Borders Collie
©Anne moreillon et sa troupe

" Quand j'ai rencontré mon agriculteur de mari, il parcourrait les montagnes abruptes, plusieurs heures chaque jour et par tous les temps, pour contrôler ou déplacer ses génisses et chercher ses vaches à l'heure de traire.

Je me suis dit qu'il devait bien y avoir un moyen de simplifier ces tâches...

Renseignements pris en milieu pastoral, le chien semblait être une solution efficace.

Et renseignements pris et milieu cynophile, le Border Collie était le dernier chien sélectionné pour ce travail. Je trouve donc un chien, un livre et surtout un stage de formation : me voilà gravement contaminée par le virus du chien de troupeau ! Descendus de nos alpages suisse, nous exploitons aujourd'hui dans le Doubs une ferme laitière d'une cinquantaine d'hectares avec environ 80 bovins de race Montbéliardes. J'ai fait une première portée de Borders Collies juste pour assurer la relève. Mais quel plaisir de s'occuper de ces chiots et de fournir à des éleveurs ovins/bovins de tous horizons un compagnon de travail aussi formidable que ce chien ! Bref, me voilà gravement contaminée par le virus de l'Elevage cette fois " Anne

Coordonnées :
Les Bergers des Plateaux du Haut-Doubs
Anne Moreillon
28, rue de Champagnole 25560 Boujailles
Numéro d'Eleveur : 251474
Tél : 03.81.49.39.79
Mail : anne.moreillon@chiens-bergers.com
Site Internet : http://www.chiens-bergers.com

Attitude caractéristique d'un Border Collie autour du troupeau
Bomba de la Lauze aux Micoucouliers
©A.Moreillon

Le Border Collie : Un chien pas comme les autres

Le Border Collie est un chien exceptionnel à tous points de vue.

Exception de la cynophilie Française, son pedigree définitif, et par là son droit à engendrer des chiens de race, dépend directement de ses aptitudes bergères.

Il s’agit  de l’unique race dont la confirmation est confiée par la SCC au club de race l’AFBC (Association Française du Border Collie) pour se dérouler au troupeau. Ainsi seul un expert-confirmateur de l’AFBC est habilité à juger le test de la confirmation qui se passe obligatoirement sur le terrain à l’âge d’un an révolu et en présence d’un troupeau.

Le plus utilisé des chiens de bergers à travers le monde règne aussi en maître sur les différentes épreuves de travail au troupeau. Mais aujourd’hui, ses formidables qualités lui permettent également de brillants résultats dans de nombreuses disciplines utilitaires, ludiques ou sportives.

Or, il est primordial, pour que cela perdure, d’avoir toujours à l’esprit l’essence même de ce chien. Fruit de plus de 2 siècles d’une sélection sans état d’âme dans un but pastoral, il reste indissociable du troupeau, quelle que soit son activité. Pour conserver à cette race son caractère et des qualités tant appréciées dans d’autres disciplines, il est indispensable de continuer une sélection rigoureuse et au troupeau.

© A.Moreillon

Photo de Border Collie
Aby des Hauts de Malforêt©A.Moreillon

Origine du Border Collie

Sans aborder dans le détail la longue histoire de la race, signalons ici quelques points permettant de comprendre le comportement, le mode de sélection actuelle et les perspectives d’avenir du Border Collie. Pur produit britannique, généré par les bergers des régions frontalières entre l’Ecosses et l’Angleterre, il y est longtemps resté à l’abri du regard de la cynophilie internationale. Ainsi, le standard officiel ne sera déposé qu’en 1976 à la FCI.

La fondation de l’ISDS (International Sheepdog Society) en 1906 marque un tournant dans l’histoire de ce chien très ancien. Son noom n’est apparu qu’en 1915 pour qualifier ces fameux « sheepdogs » en reconnaissance du travail de sélection effectué par les berges des régions frontalières. Le mot « Border » désigne la frontière et « Collie » est alors utilisé pour qualifier « tout chien de berger ».

Les différentes races entrant dans le sang du Border sont principalement des souches bergères (Bobtail, Bearded…) mais aussi des chiens de chasse comme le Pointer et surtout le Setter.

Les premières importations significatives de Borders Collies en France datent des années 1970. Alors source de moquerie de la part des adeptes des nombreuses souches de  « bergers de pays », il est à l’heure actuelle le plus utilisé tant sur ovins que sur bovins et l’occupant rarement délogé des premières marches du podium des compétitions sur troupeau.

Avertissement

Comme le décrit V. Rossi dans son livre « Le Border Collie » aux éditions De Vecchi, c'est un chien « puissance 10 » : Ce chien est extrêmement actif, extrêmement intelligent, extrêmement docile, extrêmement rapide. Mais dans cette race, les mots clef ne sont pas « actif », « intelligent », « docile », « rapide » ou tout autre chose. Le seul et unique mot-clé est « extrêmement ».

Ses plus grandes qualités sont aussi ses plus grands défauts. Ce qui en fait le chien idéal pour un maître averti en fera, pour tout acquéreur mal informé, une source de soucis perpétuels et de danger de tous les instants pour son entourage.

Si de nombreuses races ont un besoin de beaucoup d’exercice, le border, hyperactif, est un véritable concentré d’énergie qu’il s’agit de gérer avec finesse et intelligence.

S’il ne peut pas s’exprimer dans l’activité inscrite dans ses gènes (le troupeau), seul un maître averti et très disponible pourra lui apporter l’activité physique et psychique nécessaire à un semblant d’épanouissement, condition sine qua non d’une vie agréable avec un Border…

© A.Moreillon

Bosco au travail
Bosco des Plateaux du Haut-Doubs
©A.Moreillon


Caractère du Border Collie

 

Intelligent, indépendant, réceptif et rapide, il doit ses excellentes performances dans de nombreuses disciplines d’abord à une sélection rigoureuse et sans état d’âmes en milieu pastoral.

Sa souplesse de caractère est certainement sa qualité première. Il s’agit de la faculté d’apprendre, de la prédisposition à l’écoute, de la capacité d’adaptation et de cette volonté caractérisée de faire plaisir à son maître indispensable pour mettre l’instinct primaire du chien au service de l’homme dans le travail au troupeau.

Sans  une grande souplesse de caractère toutes les qualités du Border ne nous seraient d’aucune utilité. Les bergers ont ainsi sélectionné, souvent sans pitié pour les sujets médiocres, des chiens ayant une capacité à apprendre au-dessus de la moyenne. Il est aujourd’hui indispensable de persister dans cette voie pour conserver la particularité de e chien d’exception.

L’instinct de berger

Le chiot se déclare généralement entre 3 et 12 mois. Cela signifie que jusque là, il n’exprimera aucun intérêt particulier pour le mouvement. Mais tout à coup, il adoptera cette position caractéristique de la prédation et pourra passer ses heures entières devant un poulailler ou la barrière du balcon à fixer le mouvement des poules ou des véhicules ! Il est alors grand temps de canaliser cet instinct pour le mettre à votre service au troupeau.

Le revers de la médaille

De par ce mode de sélection particulier, ce chien d’exception est à réserver à des maîtres avertis et très disponibles : l’instinct de berger pour lequel il est sélectionné peut occasionner de gros problèmes de comportement s’il n’est pas géré correctement ; Et ce en milieu agricole ou non !
Très actif, il a absolument besoin de beaucoup d’exercice et de travail ainsi que d’une éducation et un dressage à la hauteur de ses prédispositions. L’obsession naturelle de ce rabatteur hors pair est de contrôler le mouvement : Tout ce qui bouge le passionne, tout ce qui est dispersé le dérange. Si cet instinct n’est pas géré par une éducation et un dressage adéquats, il s’exprimera sur tout ce qui bouge ballon, chat, poules, vélos, poussettes, tondeuses à gazon, tracteurs… avec plus ou moins de risques et de bonheur…

Troupeau or not troupeau ?

Contrairement à bon nombre de races sélectionnées selon les critères de notre vie moderne, un grand jardin clos, une grande liberté de mouvement, 2 heures de promenade par jour, des enfants pour jouer et une montagne d’affection ne lui suffisent pas.

Pour un chien calme et apparemment heureux dans un environnement inadapté, des dizaines se sont fait écraser ou finissent à la SPA… On n’efface pas impunément plus d’un siècle de sélection.

Ce chien a un besoin vital de travailler et de se sentir utile. Afin de donner à un Border Collie de véritable « raison de vivre », son maître devra se positionner tout de suite en bon chef de meute, sachant exactement ce qu’il veut et comment l’obtenir. Une diffusion grandissante de cette race auprès d’un publique peu averti entraîne déjà des déviances et troubles de comportement menant à des situations aussi dramatiques qu’irrattrapables qui se répandent telle la mauvaise herbe sur la terre de l’ignorance.

Un border qui serait apparemment heureux en ville est comme un poisson rouge dans son bocal. Alors est-il vraiment malheureux ?

A ce sujet, je citerai Jean Piacentino dans son remarquable livre « Le Border Collie » paru aux éditions « la France Agricole » :

« S’il n’est pas exact de prétendre que le besoin de travail du Border ne peut être satisfait qu’au troupeau, en revanche il est indéniable que pour un chien qui dispose d’aptitudes génétique en la matière, seul le troupeau permet le plein épanouissement….

On peut « soûler » un Border de promenades, de courses, ses sauts, etc. : selon le cas et la manière dont cela est fait, on le détend, on le fatigue ou on le stresse, mais c’est véritablement par le troupeau qu’il trouve la plénitude de son équilibre ».

Attention, la pratique « sportive » au troupeau n’est pas un « défouloir ». Il ne s’agit pas de s’éclater en jouant à courir autour des moutons 1h par semaine. Cet exercice doit permettre au chien de s’équilibrer et de se réaliser pleinement sur le plan mental bien plus que physique.

© A.Moreillon

Border Collie au travail : Aphrodite en position
Balyglass Aphrodite©A.Moreillon

Santé Border Collie

Tous les bons chiens ne sont pas forcément de bons reproducteurs : Avant tout achat ou accouplement, il est important de s'assurer de la qualité des reproducteurs au niveau des tares génétiques au moyen les résultats d’examens officiels et à jour.


 Dysplasie de la hanche : Il s’agit d’une affection de l’articulation entre le bassin et le fémur provoquant une usure prématurée de la tête du fémur et par conséquent des problèmes de locomotion. Un examen radiologique répondant à un protocole précis peut être effectué dès l’âge d’un an.

Les radiographies seront envoyées au vétérinaire du club de race pour une lecture officielle et l’établissement du certificat ayant valeur définitive.


Atrophie Progressive de la Rétine (APR) : L’APR est une maladie oculaire survenant après l’âge de 2 ans et conduisant à la cécité totale entre 4 et 9 ans. 10 à 15 % des Borders français seraient atteints.

L'analyse du pedigree indique que la transmission est bien génétique et récessive liée au chromosome X. Ceci implique que :

• les mâles ne possédant qu'un seul chromosome X, ils sont soit sains (chromosome X avec le gène normal) soit atteints (chromosome X avec le gène muté) mais jamais porteurs.

• les femelles possédant 2 chromosomes X peuvent, en revanche, être soit saines (les 2 chromosomes X avec le gène normal), soit porteuses (un des deux chromosomes X avec le gène muté) soit plus rarement atteintes (les 2 chromosomes X avec le gène muté).

• Ce sont en conséquence les femelles porteuses ou atteintes et les mâles atteints qui transmettent cette maladie.

Etant donné le caractère progressif de cette maladie, il est important de faire examiner son chien chaque année jusqu'à l'âge de 8 ans par un vétérinaire ophtalomoligiste.

Lors de l’achat d’un chiot, il s’agit donc d’exiger le certificat datant de moins d’un an et portant la mention « actuellement indemne » pour chacun des parents.

L’ERG (electrorétinogramme) est un examen des yeux réalisé sous anesthésie générale. Un ERG effectué à l'âge de 2 ans ne peut être considéré comme une "garantie absolue": ce n'est qu'une précaution supplémentaire que devrait prendre les éleveurs consciencieux…. Signalons toutefois que cet examen ne permet toujours pas de repérer les porteuses saines. Des recherches sont en cours dans le but de mettre au point un test génétique (ADN) le plus rapidement possible.

L’AOC (Anomalie de l’Oeil du Colley) est une maladie héréditaire et congénitale qui peut sous une forme grave affecter la vision. Très nettement moins répandue chez le Border que l’APR, elle peut être dépistée dès 6 semaines et n’est pas évolutive. Dans le cadre de la politique de prévention menée par l’AFBC, le dépistage de l’AOC s’effectue généralement en même temps que celui de l’APR.

©A.Moreillon

Les besoins du border collie


• Chien sélectionné encore aujourd’hui pour son instinct au troupeau.

• Cet instinct peut être gênant (encerclement, poursuite véhicules, morsures…)

• Donc attention avec les enfants et animaux !

• Dressage spécifique indispensable pour travail sérieux au troupeau.

• Besoin de maîtres avertis, très disponibles, motivés et calmes.

• Race à exclure en milieu urbain ou équestre.

Liens utiles

a découvrirl Livres utiles sur le border colliecliquer ici

Club de race du Border Collie › www.lafbc.net

Vous aimez ? Merci de partager :