Fiche de race du Colley - Chien grande taille

 

 

Partager cette page sur
FaceBook Twitter Viadeo MySpace! Wikio

rss Les dernières news Entre Chien et Nous - Flux rss

Autres races de chiens


Vous aimez le Colley ? Vous avez craqué pour lui mais avez-vous réfléchi aux besoins fondamentaux de cette race. N'accueillez pas chez vous un chien sous prétexte que vous le trouvez beau. Pensez d'abord à pouvoir lui apporter ce dont il a besoin.   

Dans le cas contraire, sachez renoncer à la race choisie. Une autre race correspond peut-être mieux à votre mode de vie.

 

Fiche de race présentée par Marie-Christine, Eleveuse dans les Vosges

 

Standard | Photos Colley

 

Colley - Otton de Marialan
 ©Otton du Clos de Marialan

 

Au cœur des Vosges, près de Vittel Marie élèvent ses Colleys en totale liberté. Respectueuse des besoins et de l’atavisme de cette race, ses chiens sont quotidiennement au contact de moutons. Grâce à son étude de la psychologie canine, Marie vit au milieu de sa meute… mi-femme, mi-colley !

 

" Tu m'offres ta tendresse, ta fidélité, ton humour...

Ma passion : c'est cadeau pour toi.
Colley, cette moitié de moi c'est to
i "
Marie-Christine Poulain

 

 

>> Coordonnées :

Les Colleys du Clos de Marialan
Marie Poulain
Numéro d'Eleveur : 880617
Numéro d'Affixe : 54743 S.C.C
Tél : 03 29 07 34 75 - Fax 03 29 07 30 68
E-mail : marialan1994@aol.com
Site Internet : www.colley-marialan.com

 

 

Photo de Colley
Rooper de la Forêt des Charmes
©Clos de Marialan

Origine du Colley

 

Le Colley, comme les autres races de chiens, est issu des nombreux croisements réalisés par les hommes au fil des âges.

 

Qu'il soit gardien, chasseur ou berger, l'homme s'est servi des chiens naturellement aptes à l'aider dans ces tâches. La sélection était alors uniquement faite en ce sens: améliorer les capacités au travail des chiens.


Concernant le Colley, ce sont bien évidemment les aptitudes bergères qui étaient recherchées.

 

Ce ne fut pas toujours le cas. D'autres croisements ont été réalisés à des fins moins nobles que celles décrites ci-dessus. Rarement citées, elles méritent pourtant quelques lignes puisqu'elles nous permettent peut être d'expliquer la ressemblance entre les lignes du Colley et des lévriers.


Des croisements entre des lévriers, Greyhound probablement, et des Colleys ont été régulièrement réalisés afin d'obtenir des chiens très performants au braconnage : ce sont les lurchers.


L'Histoire joua aussi un rôle important dans la constitution des races. Les migrations, guerres et invasions ont entraîné dans le sillage des hommes des animaux domestiques, troupeaux et chiens notamment.

 

De nombreuses hypothèses et théories ont été avancées pour tenter d'expliquer les origines du Colley. Et de rechercher dans les témoignages du passé, les écrits notamment, des preuves qui permettraient d'étayer une telle thèse et d'affirmer que le Colley existait déjà en des temps très lointains. L'existence d'un Collie serait ainsi mentionnée dans les contes de Canterbury du poète Geoffroy Chaucer (1328 - 1400). C'est oublier que le Colley d'aujourd'hui n'a aucune ressemblance avec l'animal de l'époque.

Certains ont même cherché à prouver une origine lointaine par l'étymologie du mot "Colley".


Selon les périodes différents noms apparaissent : "coll", "coaly".... Le nom de "collie" pourrait être dérivé de "collar" (collier) en référence au collier blanc de l'animal. Mais les variétés de chiens qui devaient donner naissance au collie n'avaient pas de collier blanc.


D'autres pensent que le nom vient de "coal" (charbon) parce que la couleur noire était la couleur dominante de ces chiens.

 

Collie Online

Lire la suite sur le site de : Collie online

 

 

 

 

Photo de colley - 4 mois
Akili du Clos de Marialan 4 mois
©Clos de Marialan

Caractère du Colley

 

Le colley est un chien de berger, doux, sensible, très fidèle, très intelligent, calme tout en aimant se dépenser de temps en temps à des jeux dans son terrain, mais il retourne toujours très vite près de son maître à qui il voue une tendresse infinie et une fidélité sans faille.

 

Il pose toujours un regard éperdu de tendresse sur son maître, il lui est très dévoué et cherche toujours à lui faire plaisir.

 

Discret, il veille sur lui s'il est malade ou malheureux et sait se faire très calme également en n'étant pas encombrant par respect envers lui.

 

Il n'est pas mélancolique mais s'isole pour bouder lorsqu'il a de la peine qu'il ne veut pas montrer.

 

Il espère être câliné à ces moments là. Son coté boudeur donne du charme à sa personnalité. Il donne parfois l'image publique d'une déchirure profonde parce que trop souvent incompris, car il ne trouve pas nécessaire de mettre en valeur son intelligence, sa grande sensibilité...

 

Ses défauts sont ses qualités, ses qualités sont ses défauts.

 

Une bonne éducation s'impose dès son acquisition car il a l'intelligence d'observer son nouveau maître jusqu'à l'âge de ses 9 mois environ, en semblant passif, mais il retient tout, le bien comme le mal, et dès qu'il commence son adolescence, il se manifeste en évoluant dans le bon ou le mauvais sens selon l'éducation qu'il a eue.

 

Il aboie facilement, se tait dès qu'il en a reçu l'ordre, mais a tendance à recommencer plusieurs fois, mais comme il est très obéissant, il vous a obéi... quelques minutes !

 

Il faut être intransigeant au rappel car il n'aime pas revenir à l'ordre de suite : il aime décider lui-même s'il doit rentrer de suite ou faire attendre quelques petites minutes, histoire de faire croire qu'il sait quand il doit rentrer.

 

Encore une fois, il se montrera très obéissant mais il lui faut un certain temps car il aime commander.

 

S'il ne veut pas obéir à un ordre, il ne faut pas insister car il se bornerait encore plus ! Il vous faudra l'ignorer ou prendre une balle pour le distraire quelques instants, car il est entêté et susceptible si on l'éduque avec maladresse ou brusquerie

 

© Clos de Marialan

 

 

 

 

Photo de colley travaillant sur les moutons
Rooper travaillant sur les moutons

Santé du Colley

 

Le colley est sujet à 2 tares héréditaires, l' AOC (anomalie de l'oeil du colley) et la dysplasie de la hanche, qu'il est important de dépister, et d'autant plus si vous souhaitez faire reproduire votre chien !

 

A l'âge de 7 ou 8 ans, il commence à vieillir dans sa tête et dans son corps, et on peut remarquer, même si ce n'est pas pour tous, que certains ont un peu plus de difficultés à se lever le matin car l'arthrose commence à se manifester légèrement au dos, sans gravité. Les colleys vivent jusqu'à l'âge de 10, 12 ans actuellement mais certains vont jusque leurs 15 ans

 

Jusqu'à l'âge de 7 mois, il faut le brosser 2 fois par semaine pendant 5 minutes à chaque fois, pour l'habituer à la brosse, surtout aux cuisses car c'est un grand pudique, et c'est une bonne façon de s'imposer à lui comme chef à ces moments-là.

 

C'est aussi un moment privilégié pour le colley car ce sont des instants de complicité et il apprécie que son maître soit aux petits soins pour lui.

 

Par la suite, ne le brossez qu'une fois par mois car sinon, là encore vous lui enlèveriez sa couche de sébum.

 

En revanche, il faut le peigner régulièrement derrière les oreilles et sous les cuisses car ce poil s'emmêle très facilement et peut faire des "catons" (boules de poils) que vous seriez obligés de couper par la suite.

 

Le colley fait une mue en perdant tout son sous-poil 1 ou 2 fois par an, selon l'influence hormonale. Durant cette période il faut le brosser à fond une fois tous les 15 jours.

 

Attention au soleil, car il souffre de la chaleur. Il préfère courir dans la neige que de se prélasser au soleil

 

>> Lire la suite sur le site Du Clos de Marialan

 

© Clos de Marialan

 

Haut de page haut de page