La fiche conseils de Martine Warot Eleveuse de Boxers

>> Vous êtes ici : Fiche du Boxer >> Fiche conseils rédigée par Martine

 

 

 

 

fiche de race Retour fiche de race du Boxer

 

rss Les dernières news Entre Chien et Nous - Flux rss

 

 

tout savoir sur le chiot Téléchargez notre Ebook GRATUIT consacré au chiot >> Le chiot, conseils et astuces

 

livres sur le chiot Voici des livres consacré au chiot indispensables pour tout nouveau maître de chiot : Tous les livres consacrés au chiot - Livraison GRATUITE

 

Partager cette page sur FaceBook Twitter Viadeo MySpace! Wikio

L’arrivée à la maison : Toute la famille est heureuse de ce nouvel arrivant. Pensez à lui : Il quitte l’élevage, ses frères et sœurs et ne vous connaît pas. Posez le au sol et laissez le découvrir son nouvel univers. Votre chiot n’est protégé des maladies que 15 jours après le 2ème rappel de vaccination. ( La 1ère a été effectuée par votre éleveur 1 semaine avant de vous remettre le chiot, la seconde sera réalisée par vos soins 1 mois après, le chiot ne sera protégé que 15 jours après celle-ci). Attendez cette date pour le laisser fréquenter d’autres chiens et lieux publics. Respectez son sommeil.

 

Les caresses : Pour faire plaisir au chien, les caresses derrière les oreilles, à la gorge, sous le cou, au ventre, sur les flancs et les cuisses sont très appréciées.


Passer la main sur le crâne, le cou et le garrot (partie au-dessus de l'épaule) est un geste de dominance.


Un chiot qui veut affirmer son autorité en grondant quand on le caresse doit être réprimandé, sans violence.


Le chien doit rester à sa place dans la hiérarchie du groupe familial.


La propreté : L'éducation du chiot Boxer commence dès sa naissance, avec le sevrage : sa mère cesse l'allaitement et lui apprend à garder propre son nid. L'apprentissage de la propreté doit se faire ensuite dans l'environnement humain.


Sortez-le fréquemment et régulièrement (surtout après les repas) afin d'éviter que votre chiot ne s'oublie n'importe où.


Normalement, un chiot ne souille pas sa couche, à moins qu'il ne soit malade. La punition n'accélère pas l'apprentissage de la propreté. S'il s'est égaré, rien ne sert de lui mettre le nez dedans, le chiot ne comprend pas ce geste.


Armez-vous de patience et s'il persiste à souiller votre tapis, vous pouvez essayer d'utiliser des vieux journaux en les disposant de façon à ce qu'il se rapprochent progressivement de l'extérieur. Veillez à ne pas trop prolonger ce stade de l'apprentissage car votre chiot pourrait s'imaginer qu'il doit faire ses besoins exclusivement sur des journaux !


Quand il a enfin compris qu'il devait se soulager dehors, il faut ensuite lui apprendre à utiliser les caniveaux et les aires destinées aux chiens. Pour cela, il va falloir lui faire accepter le port de la laisse...

 

La laisse : Tout comme la propreté, la laisse s'apprend le plus rapidement possible, dès le plus jeune âge. Si le chiot tente de dépasser son maître, ce dernier doit faire demi-tour afin qu'il ne prenne pas l'habitude de le tracter plus tard. Ne tirez jamais la laisse et ne le frappez en aucun cas.


La longueur doit être proportionnelle à la taille du chien : pas trop longue pour qu'il reste près de son maître. C'est la meilleure habitude à opter. La laisse à enrouleur n'est pas idéale pour la promenade : le chien prend la manie de renifler partout et n'en fait qu'à sa tête ! De plus, en ville cela peut être gênant (passants...) et même dangereux s'il décide d'aller sur la route, et à la campagne il n'est pas indispensable d'attacher votre compagnon qui a aussi besoin de gambader et de se dégourdir les pattes !

 

Les dégâts : Ne laissez pas votre chiot trop longtemps seul à la maison : par sa solitude il risquerait de détériorer votre environnement. Votre absence, courte ou prolongée, lui pèse énormément.


Au moment de votre départ, votre chiot peut tenter de vous attendrir par ses gémissements et son regard attristé. Afin d'éviter ce genre de séparation et la suite des évènements (aboiements et quatre cents coups dans la maison), essayez de partir en douce, sans vous préparer devant lui et sans câlins montrant que vous allez le quitter.


Quelques minutes suffisent à changer son comportement : le chien n'a pas la notion du temps, et que vous partiez un quart d'heure ou trois heures, son attitude sera identique. Quittez-le d'un air détaché comme si de rien n'était, de façon à ce qu'il ne se rende compte de rien.


Le silence renforçant la solitude, vous pouvez laisser un bruit de fond (musique, télévision...) qui mettra de l'ambiance pendant votre absence.
Il est inutile de punir votre chiot pour une faute qu'il a commise durant votre absence. Il ne fera pas la relation entre la punition et la faute à cause du temps écoulé, mais associera la réprimande au retour du maître. L'air honteux dans son regard, comme pour se faire pardonner, n'est en réalité qu'un acte de soumission. Mieux vaut adopter une attitude positive et rentrer de bonne humeur sans chercher des yeux d'éventuels dégâts : le maître doit être celui par qui arrive le bien-être et la sécurité.


Soyez tolérant et pensez qu'un chien n'a pas la même notion des valeurs qu'un humain. Le plus raisonnable est d'enlever tous les objets précieux se trouvant à sa portée.

 

L’appel : L'appel de son nom doit correspondre à un ordre sympathique. Si le chien est de race, un prénom officiel apparaît sur son certificat de naissance. Un nom de chien doit être court (deux syllabes maximum) et "claquer", sonner sec. Evitez un nom trop compliqué ou ridicule, pensez que vous devrez l'appeler en public !


Invitez votre chiot à venir vers vous dans l'intention d'obéir. Inutile de crier, le chien a une ouïe très fine. Pour attirer son attention, son nom doit suffire : rien ne sert de lui faire un discours qu'il ne comprendrait pas.


Choisissez plutôt les moments où il est disponible pour le familiariser avec ce mot. Evitez de lui donner un ordre lorsqu'il joue ou bien sûr quand il mange. Les capacités d'attention d'un chiot sont limitées, aussi ne l'appelez pas 100 fois par jour.


Vous pouvez commencer par associer l'appel avec la distribution de nourriture. Le repas est le meilleur moment pour le voir rappliquer !
Utilisez aussi les moments où il se retrouve tout seul : lorsqu'il est absorbé à jouer et que tout à coup il se rend compte qu'il n'y a plus personne autour de lui, remarquez combien il s'affole et rejoint en vitesse ses compagnons de jeu ou d'autres personnes présentes dans le coin. Les chiots sont très sociables, ils détestent la solitude. C'est pourquoi ils nécessitent d'autant plus d'attention !


Le chien est réceptif au langage gestuel : il est sensible à toute indication venant du corps, même aux expressions du regard.


Lorsque vous attirez son attention, accompagnez l'ordre de son nom. Un chien réagit d'avantage à l'intonation qu'aux mots, bien qu'il ait la capacité d'acquérir petit à petit du vocabulaire :

 

"assis" : les premières fois, montrez-lui en même temps l'attitude corporelle correspondant au mot. Non pas en vous asseyant en démonstration sur l'arrière-train, mais en lui appuyant sur le bas des reins en maintenant de l'autre main sa tête en hauteur afin qu'il comprenne. Lorsqu'il est assis, félicitez-le en mentionnant son nom et dites "c'est bien!", ou "brave toutou!" par exemple, et caressez-le : la main de son maître est la meilleure communication, et une caresse est la plus douce récompense.

 

"couché" : utilisez la même technique. Cette fois, retirez ses pattes-avant en l'asseyant pour obtenir la bonne posture. Profitez des instants où il se couche naturellement pour lui dire l'ordre correspondant afin qu'il assimile rapidement le lien entre le mot "couché" et l'attitude corporelle correspondante. N'oubliez pas de le féliciter et le récompenser, tout en l'appelant par son nom.

 

"non" : correspond à une interdiction, il doit être catégorique et prononcé d'une voix ferme.

 

Le jeu et l’activité : Les chiots adorent mordiller ou mâchouiller tout ce qui leur passe sous la truffe. Il faut lui apprendre à ne pas toucher à tout. Achetez-lui ses propres jouets (os, balles en caoutchouc...) de taille suffisamment grosse afin qu'il ne s'étrangle pas en les avalant.


Le chien est très actif, et il doit se dépenser quotidiennement pour être heureux. Ses promenades ne doivent pas se limiter à de simples sorties pipi rapides. Vous pouvez marcher des heures avec votre chien, vous remarquerez qu'il a toujours quelques gouttes en réserve à expédier au pied d'un arbre ou sur une touffe d'herbe ! Ne vous contentez donc pas du premier filet urinaire pour rentrer ! Donnez-lui le temps d'apprécier ses promenades, et sortez-le plusieurs fois dans la journée.


Un chien a besoin d'une réelle activité physique.


Il aime également se trouver associé aux sorties de ses maîtres (prendre la voiture, faire les courses,etc.)

 

Vermifugation du chiot : Elle est nécessaire pour la santé du chiot.


Chiot de moins de 6 mois : vermifuger tous les mois.
Chiot de 6 mois à 1 an : vermifuger tous les 2 mois.
A l’age adulte : vermifuger 2 fois par an : printemps et automne par exemple ou au moment des chaleurs pour les femelles.


Préférez un vermifuge liquide (dolthène par exemple)

 

Alimentation : Jusqu’à l’age de 5 mois votre chiot à besoin de 2 repas par jour ; puis un seul repas.


Préférez une alimentation en croquettes (PROPLAN PUPPY par exemple) non réhydratés mais avec de l’eau à côté à volonté.


Nous vous déconseillons de changer de marques d’aliments.


Si toutefois vous souhaitez le faire, assurez vous que sa composition soit bien équilibrée essentielle pour une bonne croissance (préférez des croquettes de Marque). Accommodez le petit à petit en vous assurant une période de transition pendant laquelle vous mélangerez les deux marques afin d’éviter toute diarrhée due au changement d’alimentation.


Ne jamais donner de sucre, de bonbon, de glace, de chocolat…ces aliments n’apportent rien à votre chiot et le ferait grossir inutilement.


Comme friandise, préférer une portion de fromage, de gruyère ou de « gâteaux » pour chiens.


Attention toutefois de ne pas trop en donner.


Le chien s’accommode tout à fait de manger régulièrement le même aliment.


Les croquettes sont idéales : elles contiennent tous les nutriments nécessaires à votre chiot, elles sont de conservation et d’utilisation pratique, elles participent à la lutte contre le tartre en obligeant votre chiot à croquer.
En cas de diarrhée, mettez votre chiot à la diète sans eau ni croquettes pendant 24 h. Si la diarrhée persiste, consultez rapidement votre vétérinaire

 

Hygiène du chiot Boxer : Les oreilles doivent être vérifiées une fois par semaine. Si votre chiot se gratte ou si vous constatez une odeur désagréable ou un écoulement, il est possible qu’il ait un peu de gale ou autre parasite ou une otite. Dans ce cas consultez votre vétérinaire.


Si les oreilles de votre chiot ne tombent pas gracieusement le long de ses joues et ont tendance à se relever il conviendrait de réaliser un bandage pendant quelques jours. Cette pratique est réalisée dans un but esthétique uniquement (voir votre éleveur).

 

Les yeux doivent être nettoyés de temps en temps avec un coton imbibé d’une lotion spéciale du type dacryloserum (pharmacie) ou solution nettoyante (vétédine savon + rincage). Le boxer a des plis (notamment sur les babines) où peuvent s’accumuler des champignons (odeurs…)

 

Le pelage : Le boxer ne nécessite pas d’entretien particulier. Le brosser de temps en temps, le laver que si nécessaire avec un shampooing nourrissant. (1 à 2 fois par an). Ne pas utiliser de shampooing pour humains.

 

Renseignements complémentaires :

Les chiots changent leurs dents entre 4 et 6 mois.

 

Les mâles ne lèvent pas la patte avant l’âge de 8-10 mois.

 

Les premières chaleurs apparaissent généralement après 8 mois.

 

En ce qui concerne les vaccinations, après la 2ème injection, votre chien aura seulement un rappel par an.

 

Attention aux dangers que représente une maison : plantes vertes toxiques, fils électriques, poubelles, produits d’entretien, petits objets que le chiot peut manger.

 

Evitez de faire sauter votre chiot, de la faire courir trop longtemps et le faire descendre les escaliers tant que sa croissance n’est pas stabilisée.

 

Il est impératif de respecter ses moments de sommeil.

 

Attention de ne pas laisser votre chiot seul dans votre véhicule afin de limiter les risques de vols. (l’été : pensez à laisser les 4 vitres ouvertes de 2 à 3 cm et laisser votre véhicule à l’ombre… attention : le soleil tourne !).

 

Votre chiot ne doit pas quémander à table.

 

Habituez le à être transporté, brossé et touché par des personnes différentes.

 

Que dire de plus. Le boxer est un chien fantastique qui ne peut que vous transporter rien qu’en soutenant son regard ! Fidèle, courageux, il saura se « sacrifier » pour vous. Toujours disponible et attentif il vous aimera.


L’amour est un don. Le boxer est amour. 


Etoile du Baou - Martine WAROT

 

Haut de page haut de page