Entre chien et nous à l'écoute de votre chien

Les maladies de l'appareil génital chez le chien



Vous êtes ici : accueilsanté du chien les maladies › les maladies de l'appareil génital chez le chien


Santé | Alimentation | Les maladies | Les vaccins | Les parasites | Torsion d'estomac | Aliments dangereux pour le chien

La piroplasmose | La leishmaniose | Les maladies cardiaques et vasculaires | Les maladies de l'appareil respiratoire | Les maladies du sang | Les maladies de l'appareil urinaire | Les maladies de l'appareil génital | Les maladies du système nerveux | Les maladies de l'oreille | Les maladies de l'oeil | Les maladies de l'appareil locomoteur | Les maladies de la peau | Les maladies du système endocrinien | Les maladies de l'appareil digestif | Les zoonoses | Le cancer

attention Les renseignements fournis dans ces rubriques ne peuvent en aucun se substituer à une consultation vétérinaire. En cas de moindre doute sur l’état de santé de votre chien, vous devez consulter dans les plus brefs délais.

Chez le chien, l’appareil génital évolue tout au long de sa vie et selon son statut de reproducteur.

Son fonctionnement dépend de la fonction endocrinienne sexuelle.

Le vieillissement affecte fortement l’appareil génital du chien, compromettant souvent sa santé lorsqu’il est âgé.

Quelles sont les maladies de l’appareil génital chez les chiens ?

 

Avant toute chose, il est utile de rappeler qu’outre les maladies de l’appareil génital, certaines affections ne le concernant pas directement (comme les maladies endocriniennes), peuvent avoir des répercussions sur les fonctions reproductrices.

• Les pathologies du jeune âge

Certaines malformations sans répercussion sur la santé du chien peuvent constituer une entrave à la saille telles que :

  • • Le rétrécissement de la vulve
  • • Des anomalies du développement du vagin
  • • Persistance de l’hymen

 

Ces malformations prédisposent la chienne aux infections du vagin.

L’ectopie testiculaire (existence d'un testicule en position anormale, en dehors de la bourse) qui n’a de répercussion que sur l’avenir reproducteur est inscrit sur la liste des vices rédhibitoires et peu donner lieu à une action légale sous réserve que le chien ait plus de 6 mois.

Le phimosis (réduction de la taille de l’office préputial) est une cause de paraphimosis (blocage du prépuce sur le pénis). Il peut également, s’il est important gêner l’évacuation de l’urine.

• L’infertilité et les troubles de la gestation

L’infertilité est un phénomène complexe, souvent d’origine génétique dont les causes sont souvent hormonales, génitales et psychogènes.

Les avortements spontanés passent le plus souvent inaperçus et peuvent faire penser à une stérilité pathologique s’ils se répètent trop souvent. Les causes en sont surtout infectieuses et toxiques, plus rarement hormonales, génétiques ou traumatiques.

À noter qu’il peut arriver que l’avortement ne soit que partiel et que les autres fœtus arrivent à terme.

Enfin, un problème hormonal (insuffisance lutéale) ou des infections chroniques (herpèsvirose, brucellose) provoquent des avortements à répétition.

• La pathologie de la chienne

Les ovaires

Kystes ovariens : origine hormonale. Cavités ovaires contenant un liquide 
se formant sur les ovaires.

Tumeur ovarienne : origine tumorale. Processus tumoral bénin ou malin

L’utérus

Hyperplasie glandulo-kystique : origine hormonale. Epaississement de la paroi utérine avec développement de kystes de quelques millimètres.

Endométrite, pyomètre : origine infectieuse et hormonale. Présence de pus dans la cavité utérine.

Le vagin

Hyperplasie vaginale : origine hormonale et prédisposition génétique. Développement de la muqueuse vaginale qui apparaît au niveau des lèvres vulvaires.

Tumeur vaginale : origine tumorale.

Vaginite : origine infectieuse. Inflammation vaginale.

• La pathologie du chien

Testicules

Ectopie testiculaire : origine congénitale. Absence de migration testiculaire unilatérale ou bilatérale.

Tumeur testiculaire : origine tumorale

Orchite, épididymite : origine infectieuse. Infection du testicule souvent associée à l’infection de l’épididyme.

Torsion testiculaire, hernie inguinale.

Prostate

Tumeur prostatique : origine tumorale

Prostatite : origine infectieuse. Infection de la prostate

Hypertrophie bénigne de la prostate : origine hormonale. Développement anormal du tissu prostatique suivi d’une augmentation de volume.

Organes génitaux externes

Phimosis : origine congénitale, séquelle d’infection, de traumatisme, de tumeur préputiale… Insuffisance d’ouverture du fourreau.

Paraphimosis : Étranglement du pénis en érection dans l’orifice préputial

Balano-posthite : inflammation du pénis toujours associée à une inflammation du prépuce.

• La pathologie du chien âgé

C’est le chien âgé qui est sans doute le plus touché par les maladies génitales. La pathologie fonctionnelle dont une origine endocrinienne peut-être la cause se manifeste par une baisse de fertilité et des troubles de la libido.

Les tumeurs, rarement observées avant 7 ans sont relativement fréquentes.

Avec l’âge, les maladies infectieuses et dégénératives se multiplient. Chez le mâle l’organe atteint est le plus souvent la prostate, chez la femelle l’utérus et les ovaires.

Quels sont les signaux d’alarme ?

 



Anomalies physiques (déformations, prolapsus : descente d’organes).

Ecoulements sanguins.

Infertilité.

Modification des cycles chez la chienne.

Pathologie de la gestation.

Lactation persistante.

Troubles de la miction et constipation.

Troubles cutanés.

Altération de l’état général (fièvre, amaigrissement, anorexie…).

Les examens vétérinaire

 

La palpation de l’abdomen permet au vétérinaire de repérer les modifications de la forme et de la taille des organes génitaux internes. Chez le mâle la palpation de la prostate se fait par toucher rectal.

La radiographie et notamment l’échographie révèlent les atteintes des ovaires, de l’utérus et de la prostate. L’échographie du testicule met en évidence des lésions tumorales non décelables par palpation.

Les dosages biologiques servent à contrôler le fonctionnement endocrinien.

Le spermogramme ou examen du sperme au microscope sert à juger de l’état de la semence et mesurer les capacités reproductrices du mâle.

La cytologie vaginale aide au suivi du cycle de la chienne et au diagnostic des infections vaginales.

Quelle peut être la gravité d’une maladie génitale chez le chien ?

 

Elle très variable, la fonction reproductrice pouvant se trouver compromise temporairement ou définitivement. Le pronostic vital peut être engagé dans le cas d’infections ou de tumeur.

Les accidents mécaniques comme les torsions testiculaires ou utérines, les traumatismes, provoquent une douleur très vive voire même un état de choc et nécessitent un traitement d’urgence.

Quel est le traitement des maladies génitales chez le chien ?

 

La chirurgie reste le principal traitement utilisé. La castration et l’ovario-hystérectomie sont souvent indispensables. Ceci afin de faire courir des risques de récidives inutiles chien atteint.

Des traitements hormonaux sont parfois utilisés comme alternative. Cependant ils doivent être prescrits avec circonspection, l’équilibre hormonal du chien étant fragile.

En ce qui concerne les traitement anti-infectieux, ils sont difficiles à appliquer. En effet, les antibiotiques se diffusent mal dans l’appareil génital.

Particularités

 

Chez la chienne, les périodes de chaleur réapparaissent tous es 6 mois. Le profil hormonal de la phase post-ovulatoire est identique pour la chienne gestante ou non. Ce qui signifie que les chiennes âgées n’ont pas de ménopause. Cette imprégnation prolongée par les hormones sexuelles entrain d’importantes modifications de l’appareil génital et du tissu mammaire qui expliquent la fréquence des maladies génitales chez la chienne.

Chez le chien, les testicules, après leur migration durant la vie fœtale, sont en position scrotales à 10 semaines lorsqu’il est chiot.
La puberté survient entre 6 et 10 mois et l’aptitude à féconder entre 8 et 15 mois. Le chien n’a pas de vésicules séminales contenant le liquide spermatique. La prostate est donc la seule glande dont les secrétions sont indispensables au transport et à la survie des spermatozoïdes.

© Entre Chien et Nous

Source : Traité rustica du chien

Vous aimez ? Merci de partager :