Entre chien et nous à l'écoute de votre chien

Les problèmes digestifs chez le chien



Vous êtes ici : accueilsanté du chien les maladies › les maladies de l'appareil digestif du chien


Santé | Alimentation | Les maladies | Les vaccins | Les parasites | Torsion d'estomac | Aliments dangereux pour le chien

La piroplasmose | La leishmaniose | Les maladies cardiaques et vasculaires | Les maladies de l'appareil respiratoire | Les maladies du sang | Les maladies de l'appareil urinaire | Les maladies de l'appareil génital | Les maladies du système nerveux | Les maladies de l'oreille | Les maladies de l'oeil | Les maladies de l'appareil locomoteur | Les maladies de la peau | Les maladies du système endocrinien | Les maladies de l'appareil digestif | Les zoonoses | Le cancer

attention Les renseignements fournis dans ces rubriques ne peuvent en aucun se substituer à une consultation vétérinaire. En cas de moindre doute sur l’état de santé de votre chien, vous devez consulter dans les plus brefs délais.

Le rôle de l'appareil digestif chez le chien

L’appareil digestif a pour fonction de transformer les aliments en nutriments et de les faire passer dans la circulation sanguine grâce à des processus mécaniques et chimiques (sécrétions digestives).

Le tube digestif n’est pas isolé du milieu extérieur et continuellement exposé à ses agressions.

Les maladies de l'appareil digestif du chien

Les maladies dentaires occupent une place prédominante. Les maladies des autres structures de la gueule sont principalement d’ordre inflammatoire ou mécanique. La pathologie tumorale comprend un large éventail des tumeurs bénignes et malignes.

L’œsophage peut subir des modifications du diamètre :

• dilatation localisée (jabot) ou généralisée (méga œsophage)

• rétrécissement (sténose)

Les sténoses sont des lésions cicatricielles des inflammations œsophagiennes comme on peut en observer lors de reflux gastriques chroniques.

Un corps étranger peut se bloquer dans l’œsophage et l’endoscopie s’avère dans ce cas très utile pour le retirer ou le pousser dans l’estomac.

Les maladies de l’estomac ont souvent une composante inflammatoire d’origine difficile à déterminer.

On distingue les gastrites aigües (généralement banales) des gastrites chroniques.

Les maladies de l’estomac peuvent avoir une origine extérieure à l’appareil digestif et se traduire par des vomissements.

Le syndrome de dilatation-torsion de l’estomac est une pathologie très grave pouvant menée à une issue fatale très rapidement si non décelée à temps. Elle nécessite une chirurgie d’urgence. Il s’agit d’une dilatation puis d’une rotation de l’estomac autour de son axe au niveau du point fixe que constitue le cardia. Les torsions vasculaires sont responsables de l’état de choc puis de la mort. Les grandes races à thorax profond sont anatomiquement prédisposées (dogue allemand, boxer, berger allemand etc…). [En savoir plus sur le retournement d'estomac]

L’intestin peut subir l’agression d’agents pathogènes, bactériens, viraux ou parasitaires, pour la plupart contagieux. En collectivité les diarrhées contagieuses sont redoutées.

L’ingestion de corps étrangers entraîne souvent une occlusion aux répercussions graves. Les facteurs alimentaires sont fortement impliqués dans la pathologie gastro-intestinale.

Les surcharges et les intolérances ou allergies alimentaires sont à l’origine de troubles digestifs aigus.

Les maladies chroniques sont essentiellement de nature inflammatoire.

Les tumeurs intestinales ne sont pas rares. Elle sont majoritairement malignes au niveau du grêle.

Certains troubles digestifs évoluent sans signe lésionnel et restent purement fonctionnels. Le stress pourrait jouer un rôle déterminant dans leur apparition.

Des prédispositions raciales plus ou moins nettes sont notifiées dans bon nombre d’affections gastro-intestinales. Les maladies congénitales sont relativement peu fréquentes.

Le foie situé au carrefour du tube digestif et de l’organisme est particulièrement exposé aux atteintes infectieuses et toxiques.

Le thème d’hépatite est réservé aux atteintes inflammatoires, mais les maladies hépatiques peuvent être de toute autre nature. Lors d’une atteinte du foie, le retentissement fonctionnel est variable, car outre ses capacités de régénération, cet organe dispose d’une importante capacité de réserve.

L’insuffisance hépatique qui signe la défaillance de ses fonctions n’apparaît que lorsqu’il est partiellement atteint.

Le foie est un site privilégié d’implantation de métastases de diverses tumeurs malignes. La cirrhose hépatique existe chez le chien et constitue le terme évolutif de nombreuses atteintes hépatiques, conduisant à un incapacité fonctionnelle majeure.

Le pancréas peut être victime d’une inflammation qui détermine une pancréatite aiguë ou chronique. Il peut également présenter une insuffisance de sécrétion.

L’insuffisance pancréatique exocrine est une maladie du jeune chien avec une prédisposition raciale du berger allemand.

Les pancréatites aigües sont des affections redoutables entrainant généralement une dégradation dramatique de l’état général. La cause n’en est pas tout à fait connue mais des facteurs de risque existent comme une alimentation excessivement grasse, l’obésité ou l’hyperlipidémie.

Les pancréatites chroniques sont rares chez le chien et de diagnostic plus difficile.

La parvovirose est une grave maladie infectieuse due à un virus qui provoque une destruction complète des villosités intestinales. La diarrhée est sanguinolente et nauséabonde. L’ état général est fortement dégradé et les décès sont fréquents. Le chien traverse une période critique vers 12 semaines car la protection maternelle a diminué et le vaccin peut ne pas avoir fait son effet. Cette maladie est inscrite sur la liste des vices rédhibitoires du chien.

Les signaux d’alarme qui doivent vous alerter

 


Problème à l'oesophage 

    • Régurgitations de nourriture ou de salive collante
  • • Salivation
  • • Refus de s’alimenter
  • • Halistose (mauvaise haleine)
  • • Toux

 

Problème à l'estomac

  • • Vomissements
  • • Douleur
  • • Dilatation
  • • Ingestion de divers matériaux non alimentaires

 

Problème au foie

    • Muqueuses jaunes (ictère)
  • • Épanchement dans l’abdomen (ascite)
  • • Troubles nerveux
  • • Troubles digestifs (vomissements, diarrhée)

 

Problème à l'intestin grêle

  • • Diarrhée liquide, selle grasse, aigrelette
  • • Abattement
  • • Vomissements
  • • Amaigrissement
  • • Appétit et soif augmentés
  • • Selles noirâtres (présence de sang digéré)

 

Problème au gros intestin

  • • Diarrhée pâteuse et muqueuse, selles putrides
  • • Constipation
  • • Présence de sang et d’aliments non digérés

 

Problème zone ano-rectale

  • • Douleurs à la défécation
  • • Écoulements
  • • Léchage
  • • Signe du «traîneau » (le chien frotte son anus par terre)

 

Les examens vétérinaires - Étude de symptômes

Les vomissements et la diarrhée sont des signes dominants, sans être nécessairement imputables à une maladie gastrique ou intestinale.

La diarrhée change d’aspect selon l’étage atteint concerné. En effet les selles apparaitront plus ou moins fluides ou pâteuses, muqueuses ou graisseuses et ces indications ont une grande importance pour situer la localisation probable.

Les troubles du comportement alimentaire sont fréquents : le chien peut refuser de s’alimenter ou au contraire présenter une augmentation de l’appétit voire du pica (ingestion d’aliments non alimentaires).

Un amaigrissement parfois considérable associé à une faim démesurée doit évoquer une atteinte digestive et plus particulièrement un défaut d’assimilation des nutriments.

La mauvaise haleine et la salivation orientent vers une atteinte buccale mais aussi des portions hautes du tube digestif.

Borborygmes et flatulences témoignent des difficultés de digestion éventuellement en rapport avec une défaillance digestive.

Les examens complémentaires

L’exploration biologique des fonctions de l’appareil digestif est assez confuse.

Les différentes fonctions du foie peuvent être explorées par des dosages sanguins qui permettent de confirmer l’atteinte hépatique mais rarement d’en déterminer sa cause.

La radiographie permet l’observation des modifications de taille et de forme du tube digestif.

L’échographie prépondérante dans l’exploration du foie et du pancréas donne également la possibilité de réaliser des biopsies dites « écho guidées » par voie transcutanée permettant d’éviter le geste chirurgical. Seul le tube digestif n’est pas explorable à l’aide de l’échographie car le gaz qu’il contient empêche la transmission des ondes.

L’endoscopie permet de visualiser directement les lésions à l’intérieur des organes creux et de réaliser des prélèvements. Parfois, elle permet un geste thérapeutique comme le retrait d’un corps étranger.

Quelles que soient les techniques d’imagerie utilisées, l’apparence lésionnelle est souvent trompeuse et l’histologie devient alors nécessaire. Le prélèvements tissulaires sont recueillis par voie endoscopique sous guidage échographie ou à la faveur d’une intervention chirurgicale. Elle se justifie dans les maladies chroniques.

Le traitement des affections digestives chez le chien

Les traitements les plus courant agissent principalement sur les symptômes.

Les anti vomitifs, les antiacides et anti-sécrétoires, les anti-diarrhéiques en sont des exemples. Contrairement à une idée reçue, une diarrhée n’est pas due à un trouble de la motricité mais à des phénomènes sécrétoires et inflammatoires. Attention à l’usage immodéré des modifications de la motricité qui peuvent provoquer une paralyse intestinale.

Les mesures de réanimation s’imposent bien souvent dans les maladies digestives aigües qui affectent gravement le fonctionnement de l’organisme.

La chirurgie reste souveraine pour l’extraction de corps étrangers et le traitement du syndrome dilatation-torsion.

La diététique a une grande importance. Une modification du régime peut faciliter la digestion. En effet, la qualité de l’aliment devient cruciale en cas de déficience digestive.

Une diète de 24 heures s’impose en cas de diarrhée aigüe pour remettre le tube digestif eu repos et faciliter sa récupération.

Attention aux problèmes digestifs chez le chiot

Les chiots montrent une sensibilité particulière aux maladies intestinales, leurs fonctions digestives n’ayant pas atteint leur maturité.

La période de sevrage est une période particulièrement sensible pendant laquelle les erreurs alimentaires peuvent avoir des conséquences à long terme.

Il est primordial de donner à votre chiot une alimentation de qualité et adaptée à ses besoins. Votre éleveur est la personne la mieux placée pour vous conseiller et vous guider.

© Entre Chien et Nous

Source : Traité rustica du chien

Vous aimez ? Merci de partager :