Les problèmes endrocriniens chez le chien

rss Les dernières news Entre Chien et Nous - Flux rss

 

 

Santé | Alimentation | Les maladies | Les vaccins | Les parasites


Torsion d'estomac | Aliments dangereux pour le chien

 

>> Vous êtes ici : Les maladies >> Système endocrinien

 

La piroplasmose | La leishmaniose | Les maladies cardiaques et vasculaires | Les maladies de l'appareil respiratoire | Les maladies du sang | Les maladies de l'appareil urinaire | Les maladies de l'appareil génital | Les maladies du système nerveux | Les maladies de l'oreille | Les maladies de l'oeil | Les maladies de l'appareil locomoteur | Les maladies de la peau | Les maladies du système endocrinien | Les maladies de l'appareil digestif | Les zoonoses | Le cancer

 

attention Les renseignements fournis dans ces rubriques ne peuvent en aucun se substituer à une consultation Vétérinaire. En cas de moindre doute sur l’état de santé de votre chien, vous devez consulter dans les plus brefs délais.



 

 

Le tissu endocrinien est un ensemble d’organes ou de groupes de cellules qui ont en commun la capacité de produire des messages chimiques : les hormones.

 

Les maladies endocriniennes résultent des excès ou des carences de sécrétion hormonale.

 

Les principales glandes endocrines du chien

 

Le système endocrinien est un régulateur de l’organisme. Il gère l’équilibre du milieu intérieur et son adaptation aux sollicitations extérieures. Les glandes endocrines déversent dans la circulation sanguine leurs sécrétions : les hormones qui agissent sur les organes.

Chaque organe est sous la dépendance de nombreuses hormones.

 

  • L’hypothlamus : divers facteurs d’activation ou d’inhibition – Libérines ou statines
  • L’hypophyse : Vasopressine, ocytocine, prolactine, hormone de croissance
  • Thyroïde : Thyroxine, triodothyronine, calcitonine
  • Parathyroïde : Parathormone
  • Surrénales : cortisol, aldostérone, androgènes, adrénaline, noradrénatine
  • Pancréas : insuline, glucagon
  • Testicules : testostérones

 

Les causes des maladies endocriniennes

 

Elles résultent soit d’un défaut de sécrétion hormonale entrainant des signes de carence, soit d’un fonctionnement exacerbé provoquant des symptômes liés à l’excès d’hormones.

 

Les chiots peuvent présenter des anomalies de développement des glandes ou des troubles de leur fonctionnement. Le déficit hormonal est d’autant plus grave que l’animal est jeune et la plupart décèdent précocement.

 

Chez l’adulte, l’origine des hypofonctionnements endocriniens reste généralement inconnue, d’autant plus que les signes apparaissent tardivement.

 

Les excès de sécrétion sont souvent les conséquences d’une tumeur (que l’imagerie médicale permet de visualiser).

 

Le fonctionnement des glandes endocrines peut simplement être altéré par l’administration de médicaments à action hormonale.

 

 

 

Quelles sont les maladies ?

 

  • La maladie de Cushing ou Hypercorticisme. Origine : sécrétion excessive d’hormones corticoïdes par les surrénales => symptômes : appétit augmenté, modification de la silhouette (abdomen pendulaire), alopécie, peau fine, fragilité vasculaire.

  • Insuffisance surrénale ou maladie d’Addison. Origine : sécrétion insuffisante d’hormones minéralo corticoïdes et gluco corticoïdes => symptômes : discrets et peu évocateurs. Faiblesse, fatigue, quelques troubles digestifs sauf en cas de crise soudaine dans une situation de stress ou après des vomissements, état de choc.

  • Hypothyroïde. Origine : sécrétion insuffisante des hormones thyroïdiennes => symptômes : Fatigabilité, prise de poids, intolérance à l’effort. Troubles cutanés avec une alopécie diffuse, une peau épaisse couvert de squames ; surinfections cutanées et otites. Troubles de la fertilité, montées de lait.

 

  • Diabète sucré. Origine : Carence en insuline ou impossibilité d’action de l’insuline => symptômes : augmentation d’appétit, amaigrissement. Complications possibles : cataracte, infections urinaires ou cutanées ; crises d’acidocétose (état de faiblesse extrême, déshydratation pouvant aller jusqu’au coma.

  • Diabète insipide. Origine : Carence en hormone antidiurétique ou ADH secrétée par l’hypophyse => symptômes : émissions d’urines abondantes et diluées avec augmentation spectaculaire de la quantité de boisson

 

Quels sont les signaux d’alarme ?

 

  • Augmentation de la prise de boisson
  • Obésité, prise de poids
  • Chute de poils et troubles cutanés
  • Troubles du comportement
  • Troubles neurologiques
  • Faiblesse et fatigabilité
  • Infertilité, anomalie du cycle sexuel

 

Les examens vétérinaires

 

La plupart des symptômes ne sont pas forcément typiques d’une atteinte hormonale précise.

 

Les anomalies biologiques sont parfois plus caractéristiques.

 

Les examens complémentaires

 

Les taux d’hormones fluctuent en permanence au cours d’une journée. Pour connaître l’état de fonctionnement d’une glande des explorations dynamiques ou fonctionnelles sont nécessaires.

 

Un test de stimulation par l’administration d’un produit spécial permet d’évaluer la capacité maximale de sécrétion de la glande. En raison des interactions hormonales et d’éventuelle imprécision des signes cliniques, il faut souvent explorer plusieurs glandes en même temps.

 

L’hypophyse, située dans la boîte crânienne est visible n’est visible que par scanner ou par IRM.

 

La scintigraphie permet d’explorer les rares tumeurs thyroïdiennes et ainsi évaluer leur extension. Chez le chien, contrairement à l’homme et au chat, les tumeurs thyroïdiennes ne sont pas sécrétantes.

 

Le traitement des maladies endocriniennes

 

Les objectifs de traitements sont avant tout de pallier les déficits ou au contraire de limiter les excès de production.

 

  • Remplacer les hormones manquantes : l’hormonothérapie substitutive consiste à administrer des analogues aux hormones manquantes pour compenser une carence. C’est notamment le cas dans le diabète sucré, l’hypothyroïdie, l’hypocorticisme…
    Ces traitements sont le plus souvent nécessaires à vie.

  • Limiter la production excessive : les traitements chirurgicaux consistent à retirer la tumeur responsable de l’augmentation d production des hormones.

  • La radiothérapie peut-être proposée pour traiter les tumeurs hypophysaires.

  • Traiter les complications : les maladies endocriniennes entraînent souvent des complications, telles des infections, qui nécessitent des traitements complémentaires dans l’attente de la stabilisation hormonale.

 

 

© Entre Chien et Nous

 

Source écrite : Le Traité Rustica du chien - Rustica Editions

 

Partager cette page sur FaceBook Twitter Viadeo MySpace! Wikio

 

 

Santé | Alimentation | Les maladies | Les vaccins | Les parasites


Torsion d'estomac | Aliments dangereux pour le chien


 


 

 

 

 


     

 

voir les dernières photos de chiens dans la galerie Les dernières photos
de la Galerie

Clic sur les photos pour les agrandir

 

 

Haut de page haut de page